Accueil > ACTUALITÉS > SORTIES DVD > Sortie DVD : « Los Hongos » d’Oscar Ruiz Navia

Sortie DVD : « Los Hongos » d’Oscar Ruiz Navia

vendredi 7 octobre 2016, par Édouard Sivière


LA COLOMBIE EN COULEURS

Dans un quartier de Cali, ville de Colombie, le jeune Ras vivote grâce à des petits travaux sur les chantiers. Il est ami avec Calvin, étudiant d’origine plus aisée. Le premier évite plutôt sa mère dès qu’il le peut, le second habite avec sa grand-mère malade, qu’il affectionne particulièrement. Tous les deux sont passionnés par le graff et quelques autres arts de la rue.

Deuxième long métrage d’Oscar Ruiz Navia, après La Barra en 2009, Los Hongos présente une Colombie peu connue, étonnante pour qui en serait resté par exemple à la sombre vision de Barbet Schroeder dans La Vierge des Tueurs en 2000, une Colombie dans laquelle vit une jeunesse adepte de culture urbaine underground et ayant les mêmes aspirations que beaucoup d’autres. Le film prend la forme d’une chronique sociale, avec comme fil conducteur l’amitié de deux jeunes gens qui intègrent le monde des graffeurs de Cali, ville dont est originaire le réalisateur.
Face à cette œuvre à teneur autobiographique, frappe tout d’abord le dynamisme chromatique de l’image. Les couleurs sortant des pinceaux et des bombes semblent envahir tout le cadre, pourtant réaliste. Dans sa mise en scène, Oscar Ruiz Navia varie ses effets, laissant s’écouler le temps sans recherche apparente ou alors offrant des plans moins bruts et plus composés, marchant dans les pas de ses deux personnages principaux déambulant dans les rues ou s’approchant d’une grand-mère attendrissante jusqu’à lui autoriser un regard-caméra travaillé.
Soumis à un découpage libre, le récit avance de manière très peu prévisible, les moments du quotidien étant privilégiés constamment. Le rythme se fait alors incertain, parfois déséquilibré. Dans ce qu’il propose comme significations, le cinéaste alterne creux et pleins. Du souci de filiation aux naufrages de la politique, il intègre bien des thèmes, en voulant faire de sa chronique une sorte de fresque sur la société colombienne actuelle et un acte social. Souhaitant éviter le didactisme, il leste plus ou moins ses scènes. On lui sait gré de tabler généralement sur la retenue, d’éviter, dans un contexte toujours tendu entre jeunes en recherche d’idéal et autorités aveugles, les événements trop dramatiques qui schématiseraient et alourdiraient le propos.
Finalement, la meilleure façon d’apprécier Los Hongos, film inégal, attachant, naïf et bienveillant, plutôt optimiste dans sa tonalité, est sans doute de se dire qu’il se cale en fait sur la sensibilité de ses jeunes personnages, qu’il épouse leurs émotions, qu’il est comme eux, tantôt détaché (goût de la flânerie, rejet de l’autorité), tantôt passionné par un sujet nouveau (le graff, la musique, le skate, les filles, le printemps arabe). Ainsi se déroule ce petit séjour, coloré et plutôt vivifiant, au cœur de la Colombie d’aujourd’hui.

Édouard Sivière

Los Hongos

Los Hongos
d’Oscar Ruiz Navia

Colombie, France, Argentine, Allemagne, Italie, USA, 2014.
Durée : 103 min
Sortie cinéma (France) : 27 mai 2015
Sortie France du DVD : 26 juillet 2016
Format : 1,85 - Couleur - Son : Dolby Digital 5.1.
Langue : espagnol - Sous-titres : français.
Boîtier : Keep Case
Prix public conseillé : 18,90 €
Éditeur : Blaq Out

Bonus :
Documentaire : «  Sur les traces de Los Hongos  », par Nicolas Azalbert




Suivre la vie du site RSS 2.0|  Plan du site  |  Qui sommes-nous ?  |  Revue de presse  |  Nos partenaires  |  Nous contacter  |  Annuaire professionnel  |  Mentions légales  |  SPIP